Colloque national sur l'ingénierie sociale

ANDELIS, en partenariat avec L'IMF et le Collège coopératif PAM

                                                     a organisé à Marseille le premier colloque national sur l'ingénierie sociale

le lundi 20 novembre 2017

 

 

Suite au colloque ...

Un grand merci à tous les participants qui ont contribué à la réussite de cette journée et à la pertinence des débats.

 

Consulter la tribune parue dans le magazine Directions img 1 : cliquez ici

 

Consulter les "traces du colloque" :

Il ne s'agit pas d'actes au sens strict, mais de traces laissées pour faire mémoire des interventions, venir y puiser de la richesse :

 

- Introduction d'Hervé Trémeau : Le mot du président

Mot du presidentMot du president (167.22 Ko)

 

- Intervention de Robert Lafore : Evolution des politiques publiques et Ingénierie Sociale

Cr intervention r laforeCr intervention r lafore (133.24 Ko)

 

- Intervention de Laétitia Naud :   INGENIERIE SOCIALE ET RECHERCHE : QUELLES ARTICULATIONS ?

Intervention l naudIntervention l naud (256.63 Ko)

 

- Intervention de Jean-Robert Alcaras : L’Ingénierie sociale en France : le paradoxe de la pertinence et de l’insuccès

Intervention jr alcaras vfIntervention jr alcaras vf (286.96 Ko)

 

- Intervention des étudiants DEIS : Oeuvrer à la professionnalisation du DEIS

Maquette module proMaquette module pro (312.73 Ko)

 

- Regarder la vidéo de l'intervention de la petite cordée sur leur site : La Petite Cordée

 

 

Le colloque

ANDELIS, en partenariat avec L'IMF et le Collège coopératif PAM

                                                     a organisé à Marseille un colloque national sur la thématique de l'ingénierie sociale :

en présence de Robert Lafore, Jean Robert Alcaras et Léatitia Naud

Avec le soutien de la DRDJSCS PACA, du magazine Directions,

du CRIP (Centre Régional d’Interventions Psychologiques) et de La cité des métiers de Marseille et PACA

et la participation de La Petite Cordée et de l'AIRe

 

Page01 3

Ce colloque se déroulera à la Cité des métiers, en plein centre de Marseille, de 9h00 à 16h30.    Voir la carte

Télécharger l'affiche et le programme : Affiche colloque v11Affiche et programme du colloque (1.66 Mo)

 

 

Programme de la journée

Page02 3

Argumentaire du colloque

INGÉNIERIE SOCIALE : considérations sur les contours et les contenus d’un diplôme et d’une activité en manque de reconnaissance

 

Ce colloque s’adresse principalement aux potentiels employeurs ou clients d’intervenants diplômés en ingénierie sociale, aux travailleurs et intervenants sociaux, et à toute personne curieuse et désireuse de s’informer sur ce qu’est l’ingénierie sociale dans le champ de l’action sociale et médico-sociale.

2006-2016 : Le Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale (DEIS) vient de fêter ses dix ans, mais c’est peu dire que ce diplôme et l’activité qui lui correspond restent largement méconnus. Les titulaires du DEIS sont, en 2015, à peine plus d’un millier sur le territoire national[1] et l’effectif des étudiants en formation pour obtenir ce diplôme accuse, entre 2009 et 2014, une baisse de 33,5%[2]. Quant à l’ingénierie sociale comme activité, il suffit d’une rapide recherche sur internet pour comprendre qu’elle est souvent assimilée, positivement ou négativement selon les auteurs, à un ensemble de techniques visant le contrôle des comportements d’une population-cible. On est loin de l’ingénierie sociale telle que nous l’entendons ici, à savoir une démarche de compréhension de la réalité sociale et d’action sur cette réalité, à travers des propositions, mises en œuvre et évaluations de projets et dispositifs, au service premier de personnes en difficultés et incluant, autant que possible, ces personnes.

A l’instar de son prédécesseur, le DSTS[3], le DEIS est un diplôme atypique en ce sens qu’il ne peut être identifié à un métier unique et spécifique à exercer. Il renvoie plutôt à un agencement de fonctions - expertise/conseil, conception/développement, évaluation[4] - qui recoupent plus ou moins celles pratiquées dans telle ou telle profession (cadre-développeur, cadre-manager, chargé de mission, conseiller technique, consultant…). De même, la démarche qu’il valide est une démarche hybride, à la fois de recherche et d’action, qui participe donc concomitamment à produire de la connaissance dans le champ de l’action sociale/médico-sociale et à transformer ce champ. On pourra se demander si ce type de démarche est compatible avec les modes de gestion adoptés par les organisations et leurs financeurs, ou s’il est ignoré parce que soupçonné d’aller à leur encontre. Dit autrement, cette nouvelle façon de poser des questions et de penser l’action que promeut la formation en ingénierie sociale n’est-elle pas en décalage temporel et financier avec « l’urgence gestionnaire qui a envahi l’ensemble du secteur social et médico-social[5]» ?

Pourtant cette formation, lorsqu’elle a été pensée, devait répondre à la nécessité de former des intervenants du social à mieux appréhender la complexité croissante des politiques publiques et des dispositifs qui en découlent. Comparé à celles du DSTS, diplôme de niveau II, les compétences en recherche et en développement de projet du DEIS, de niveau I, ont été développées. En distinguant et en légitimant, à travers le DEIS et CAFDES[6], deux fonctions de niveau I, cadre-développeur et cadre-manager, on pouvait s’attendre à ce que les activités d’analyse, de conceptualisation, de développement et d’évaluation propres à l’ingénierie sociale, trouvent leur place dans le champ de l’action sociale/médico-sociale et dans les organisations. Mais force est de constater que l’intervenant en ingénierie sociale cherche encore sa place, et l’ « absence d’emplois repérés, de reconnaissance statutaire et conventionnelle et de prescription des employeurs[7] » ne contribuent pas à ce qu’il la trouve. Le constat est d’autant plus étonnant dans la fonction publique hospitalière et territoriale, où la question de l’offre de service territoriale s’avère être aujourd’hui primordiale, et dans les services de l’État, où l’ingénierie sociale a pu être perçue comme un instrument de leur recomposition[8]. C’est donc surtout l’ingénierie sociale qui ne trouve pas sa place dans l’action sociale : une des raisons serait-elle que le poids de la répétition dans les institutions l’emporterait sur l’actualisation innovante de leurs pratiques ? Que ce soit pour un État se voulant dorénavant plus animateur qu’unique décideur de politiques publiques, ou que ce soit pour des organisations soumises à de nouvelles exigences politico-administratives et financières, le DEIS peut-il répondre à l’attente de nouvelles compétences et l’ingénierie sociale à un enjeu de renouvellement des pratiques professionnelles et des projets institutionnels ?

Nonobstant ces questionnements et ces difficultés constatées de reconnaissance mais aussi, tout simplement, de connaissance, l’ingénierie sociale apparaît néanmoins en phase avec l’évolution des politiques publiques, des modes d’organisation de l’action sociale et de ses opérateurs[9]. Elle invite les différents secteurs, travail social en tête, à sortir de leur corporatisme et incite au décloisonnement des pratiques. Elle permet de prendre en considération, à propos des objets dont elle se saisit et ce de façon systémique, une pluralité de paramètres : relationnels, temporels, territoriaux, politiques, stratégiques et économiques - même si, sur ce dernier point, l’aspect gestion financière peut apparaître comme un écueil de la formation[10]. A l’interface entre de multiples acteurs de natures diverses, elle contribue à leur mobilisation et, à travers la combinaison de leurs expériences et de leurs savoirs, à l’apparition de réponses plus appropriées, voire novatrices. Au final, par sa démarche singulière de mise en dialogue des acteurs d’un territoire, d’articulation entre approches ascendante et descendante, de co-construction de projets avec et dans l’intérêt premier des populations directement concernées, l’ingénierie sociale n’est-elle pas potentiellement porteuse d’un renouveau démocratique ?

Cette journée de réflexion s’attellera donc à tenter de répondre aux quelques questions qui précèdent, à expliciter pour mieux faire connaître et reconnaître l’ingénierie sociale et le DEIS, à lever des ambiguïtés sur leurs contours et leurs contenus, et à interpeller pour lever des blocages et des freins.

 

[1] Selon une estimation de Laëtitia Naud dans son ouvrage Ingénierie sociale et recherche, un diplôme d’avant-garde : le DEIS, Éditions L’Harmattan, 2015.

[2] Chiffre de la DREES dans son bulletin d’informations Études et résultats, n°953, février 2016.

[3] Diplôme Supérieur en Travail Social.

[4] Voir référentiel professionnel du DEIS.

[5] PAQUET Michel, « Les ingénieurs sociaux en décalage avec les impératifs gestionnaires », Actualités Sociales Hebdomadaires, n°2835, 2013.

[6] Certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale.

[7] GESTE René et DUBOUCHET Louis, Évaluation de la réingénierie du Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale, Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et Direction Générale de la Cohésion Sociale, décembre 2013.

[8] Voir le Rapport du groupe de travail sur l’ingénierie sociale, présidé par Annick Morel, inspectrice générale des Affaires Sociales et publié en 2009.

[9] GESTE René et DUBOUCHET Louis, op.cit.

[10] GESTE René et DUBOUCHET Louis, ibid.

Partenaires

 

Logos imf

Bandeau ccpam1

 

 

Logodrd      

 

 

 

Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale

        Provence Alpes Côte d'Azur

 

 

 

 

 

 

Logo directions 150

 

Directions.fr : Le site des directeurs et cadres du secteur

 

www.directions.fr

Retrouvez sur Directions.fr, site du mensuel Direction[s], la revue des directeurs d’établissements sociaux et médico-sociaux, l’actualité, les ressources ...

 

La remise du Trophée Direction(s), qui récompense l’innovation dans le secteur, aura lieu le 30 novembre, en début de soirée.

Pour vous inscrire : https://evenium.net/ng/person/event/website.jsf?eventId=pkezbdzj&page=tickets&loc=fr&justSubmit=false&cid=25014

 

Trophée Direction[s] - 30 nov. 2017 - Paris

    evenium.net

La cérémonie de remise du 13e Trophée Direction[s] vous dévoilera des initiatives exemplaires, innovantes, remarquables et reproductibles, en résonance avec les enjeux du secteur. Le prix attribué par les lecteurs du magazine Direction(s) sera également dévoilé à cette occasion.

 

 

Cite des metiers logo2

 

 

Le concept « Cité des Métiers » est né en 1993 au sein de la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Villette à Paris.

il repose sur la volonté de partager et de rendre accessible au plus grand nombre un maximum d’information sur les métiers, les moyens pour y accéder etc., selon un principe simple : de nombreux organismes existent et produisent de l’information, de la documentation, des contenus.

Une Cité des Métiers a vocation à réunir toutes ces ressources, et à en favoriser l’accès pour tous les publics.

 

 

 

 

 

Logo crip Il n’y a de valeurs que d’hommes.

Le CRIP, Centre Régional d’Interventions Psychologiques, fut créé en 1989 par Patrick COHEN. Il est aujourd'hui géré par Martine PINET-COLIN. Trois décennies d’expérience dédiées au secteur sanitaire, social et médico-social, à la formation des professionnels des établissements et services, depuis 2011 à l’évaluation externe et depuis 2012 à l’accompagnement à l’insertion professionnelle des jeunes diplômés via le Programme FAJE.

 

La Petite Cordée https://lapetitecordee.wordpress.com/

Inspiré de La grande cordée de Fernand Deligny , notre modèle d’intervention sociale se fonde sur une vision collective de l’accompagnement, ouvert sur la société civile et au plus près des réalités vécues par les individus.

Portée par un collectif de travailleurs sociaux, l’association a pour objet d’apporter un soutien aux familles ou jeunes majeurs rencontrant des difficultés, en relais des dispositifs institutionnels (Aide Sociale à l’Enfance, MLI, Education Nationale…).

 

Logo aire

Commentaires (3)

Weislo Emmanuel
  • 1. Weislo Emmanuel | 16/06/2017
Oui Marion vous pouvez vous inscrire en envoyant un mail à l'adresse asso.andelis@gmail.com
L'entrée étant gratuite, il suffit de nous indiquer votre nom et l'organisme que vous représentez, le cas échéant.
marion13
  • 2. marion13 | 29/05/2017
Diplômée DEIS en 2016, l'association ANDELIS et son sujet de colloque m’intéresse beaucoup ! J'espère pouvoir y assister. Faut-il s'inscrire ?
Weislo Emmanuel
  • 3. Weislo Emmanuel (site web) | 19/04/2017
Quelle belle idée ce colloque. ANDELIS fait désormais partie du paysage.

Ajouter un commentaire