Présentation d'ANDELIS

Introduction

ANDELIS est une association loi 1901 basée en région PACA.

L'association ANDELIS a été créée en septembre 2016 en région PACA en réponse au manque de lisibilité et de visibilité de l'ingéniérie sociale comme réponse adaptée aux enjeux actuels de l'intervention sociale. En effet, 10 ans après la création du DEIS (Diplôme d'Etat d'Ingéniérie Sociale), celui-ci reste encore peu connu et peu sollicité au sein des organisations du secteur social et médico-social. Pourtant son utilité et la plus-value qu'il apporte dans l'identification et la réponse aux besoins des publics est aujourd'hui largement reconnu.

 

Objectifs

L’association s’est donnée comme objet :

1) La promotion de l'ingénierie sociale - diplôme, fonctions et compétences - et la valorisation de démarches afférentes de recherche, de compréhension et d'action.

2) Le développement et la mise en accessibilité des ressources de et sur l'ingénierie sociale.

3) Les actions en faveur des partages d’expériences et de la connaissance mutuelle des acteurs de l'ingénierie sociale.

4) La réalisation de prestations d’ingénierie sociale, d’interventions de formation et d’organisation d’évènements.

Philosophie

L’ingénierie sociale telle que nous l’entendons ici est une démarche pluri-acteurs de compréhension de la réalité sociale et d’action sur cette réalité, à travers notamment une analyse des systèmes organisationnels et des propositions, mises en œuvre et évaluations de projets et dispositifs. Une démarche d’expertise donc, et qui se veut au service premier de personnes en difficultés et incluant, autant que possible, ces personnes.

La dimension inclusive de l’ingénierie sociale participe de son utilité et de sa plus-value. A l’interface entre de multiples acteurs de natures diverses, l’ingénierie sociale contribue à leur mobilisation et, à travers la combinaison de leurs expériences et de leurs savoirs, à l’apparition de réponses plus appropriées, voire novatrices. En prenant en considération de façon systémique une pluralité de paramètres (relationnels, temporels, territoriaux, politiques, stratégiques, économiques…), elle permet aussi une meilleure appréhension de la complexité croissante des politiques publiques et des dispositifs qui en découlent. In fine, par sa démarche singulière de mise en dialogue des acteurs d’un territoire, de co-construction de projets et d’articulation entre approches ascendante et descendante, l’ingénierie sociale prend part selon nous au nécessaire décloisonnement des secteurs et des pratiques, au renouvellement de ces pratiques professionnelles et des projets institutionnels, voire, de sa place, participe à un renouveau démocratique.

Convaincus pour toutes ces raisons de l’intérêt de l’ingénierie sociale, nous souhaitons donc, à travers ANDÉLIS et ses actions, contribuer fortement à ce que l’ingénierie sociale se fasse toute sa place dans le champ de l’action sociale/médico-sociale.

Membres du bureau

Président : Hervé TRÉMEAU

Vice-président(e)s : Valérie PRIETO; Nathalie JAMI

Trésorier : Bernard MAUNIER

Trésorière adjointe : Fabienne CHABALIER

Secrétaire : Estelle LAMBERT

Secrétaire adjointe : Emmanuel WEISLO

Entretien avec Hervé Trémeau, président d'ANDELIS

Voici l'entretien d'Hervé Trémeau réalisé par le magazine Actualités Sociales Hebdomadaires (ASH) :

 

Ash     http://www.ash.tm.fr/actualites/detail/98798/herve-tremeau-l-ingenierie-sociale-participe-au-renouvellement-des-pratiques.html

     Questions à... - Hervé Trémeau : "L'ingénierie sociale participe au renouvellement des pratiques" - ASH

    www.ash.tm.fr

    En septembre 2016 est née, à Marseille, l'Association nationale pour le développement de l'ingénierie sociale (Andélis). Objectif : promouvoir cette discipline dont la visibilité fait défaut, malgré les objectifs d'innovation et de recherche qui traversent le travail social...

   

Questions à... | 17/03/2017

HerHerve tremeauvé Trémeau : "L'ingénierie sociale participe au renouvellement des pratiques"

En septembre 2016 est née, à Marseille, l'Association nationale pour le développement de l'ingénierie sociale (Andélis). Objectif : promouvoir cette discipline dont la visibilité fait défaut, malgré les objectifs d'innovation et de recherche qui traversent le travail social, explique son président, Hervé Trémeau, directeur d'une association de quartier à Marseille.

Hervé Trémeau © DR

Pourquoi avoir créé cette association ?
Après l'obtention de mon diplôme d'Etat d'ingénierie sociale (DEIS), j'ai souhaité prolonger ma réflexion et j'ai commencé à constituer un réseau d'anciens étudiants, en contactant d'abord ceux formés dans les Bouches-du-Rhône. Nous avons partagé le constat du défaut de visibilité du diplôme, plus de dix ans après sa création : porté sur la recherche et le développement, il est peu connu et l'ingénierie sociale fait même l'objet de confusions, lorsque les moteurs de recherche renvoient sur Internet à la notion de "contrôle des populations". Le DEIS est moins sollicité que le Caferuis [certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale] et le Cafdes [certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale] par les employeurs du secteur social et médico-social. Ces derniers, pris dans l'urgence gestionnaire, ne se posent pas toujours la question des compétences à intégrer pour interroger les organisations, les pratiques, les projets, les dispositifs. II y a peu d'offres d'emploi correspondant à des missions d'ingénierie sociale, malgré le voeu croissant d'une offre de service territorialisée, notamment dans la fonction publique. On peut également noter quelques difficultés pour le travail social à s'articuler avec des démarches de recherche. Un autre paramètre est lié, d'après nous, à la gouvernance de certaines associations, dont les conseils d'administration peuvent se préoccuper davantage de la reproduction que d'un renouvellement de compétences.

Quelle est la plus-value de l'ingénierie sociale ?
C'est une démarche singulière d'expertise qui se situe entre le politique et le technique, entre le savoir et l'action, qui permet de mobiliser une pluralité d'acteurs, de prendre en considération plusieurs paramètres – relationnels, temporels, territoriaux, politiques, stratégiques, économiques – dans un objectif d'analyse de la réalité sociale, de coconstruction et d'évaluation de projets et de dispositifs. Son paradoxe est qu'elle participe au décloisonnement et au renouvellement des pratiques voulues par les politiques publiques, mais qu'elle a du mal à se retrouver dans les organisations, hormis dans les plus importantes. Plus qu'un métier, elle est un ensemble de compétences pouvant correspondre à plusieurs types de poste – directeur, chef de service, chargé de mission... Certains diplômés sont consultants indépendants, d'autres ont rejoint des cabinets ou cherchent une formule entre l'association et la coopérative. En 2015, on recensait à peine plus d'un millier de personnes titulaires du DEIS sur le territoire national [selon une estimation de Laëtitia Naud dans son ouvrage Ingénierie sociale et recherche, un diplôme d'avant-garde : le DEIS,  éditions L'Harmattan, 2015]. La DREES [direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques] fait état d'une chute du nombre d'inscrits en formation entre 2009 et 2014. Mais dans les Bouches-du-Rhône, les organismes de formation constatent cette année des promotions plus importantes.

Quelles sont les actions d'Andélis ?
Notre objectif est de promouvoir l'ingénierie sociale, de développer et de rendre accessibles les ressources qui y sont liées et de favoriser le partage d'expériences et la connaissance mutuelle de ses acteurs. Nous préparons pour la fin de l'année un colloque à Marseille, en partenariat avec l'Institut méditerranéen de formation et recherche en travail social et le Collège coopératif Provence-Alpes-Méditerranée à Aix-en-Provence – les deux instituts de formation qui préparent au diplôme dans le département. Par ailleurs, nous avons créé un groupe de travail en vue de diffuser un article de recherche sur l'ingénierie sociale, qui fera l'objet d'une vulgarisation afin qu'une définition qui lui corresponde soit enfin disponible pour le plus grand nombre. Nous allons aussi structurer l'association, qui compte aujourd'hui une trentaine d'adhérents et un réseau de quelque 70 "sympathisants", créer notre propre site [l'association dispose d'une page provisoire de présentation sur www.synoos.fr/andelis.html] et valoriser les travaux d'ingénierie sociale, qui restent pour la plupart aujourd'hui dans les archives des centres de formation.

Commentaires (1)

Faustin DEPIE
  • 1. Faustin DEPIE | 15/03/2018
Jeune diplômé du DEIS , compétences encore très méconnues dans le secteur du social et médico-social , depuis plus de 8 mois, je suis à la recherche d'un poste de cadre; Pour la petite histoire, les directeurs d'établissement préfèrent le CAFERUIS au DEIS qu'ils refusent de connaitre!
Au fond je suis intéressé par votre association à laquelle je voudrais adhérer; A cet effet, je souhaite en connaitre les modalités d'adhésion.
cordialement,
Faustin DEPIE

Ajouter un commentaire